Le nouveau monagevillage est en ligne ! Mise à jour et dernières finitions prévues la semaine prochaine.
Accueil monagevillage Mon compte

Pourquoi prendre soin de soi quand on est aidant ?

Temps de lecture 4 min

Il est essentiel pour l'aidant d'un proche âgé d'être vigilant quant à sa propre santé et à son bien-être en participant notamment à au moins une consultation médicale annuelle spécifique, consacrée à son état de santé, mais aussi en s'offrant des moments de répit, de soutien.

L’impact de la relation d’aide sur l’état de santé de l’aidant est très important tant du point de vue physique et psychologique que social.

Consultez régulièrement votre médecin

Le médecin doit pratiquer une évaluation globale de votre état de santé, ainsi qu’un dépistage des problématiques spécifiques inhérentes à l’accompagnement d’un proche.

Il s’agit d’évaluer votre état nutritionnel et psychique, de rechercher d’éventuels signes de souffrance, angoisse ou anxiété, de troubles du sommeil.

Une attention particulière doit être accordée à l’évaluation de votre niveau d’autonomie, physique et psychique. C’est un point fondamental car si votre autonomie est réduite vous ne pouvez plus aider seul votre proche.

C’est aussi l’occasion de vérifier les éléments de prévention, tels que le contrôle du calendrier vaccinal ou la planification des examens de dépistage usuels (mammographie…).

Le but de ces consultations est bien sûr d’éviter l’épuisement. Il n’est pas rare que l’aidant s’épuise et décède avant même la personne dont il s’occupe.

Ne restez pas seul

Il est impératif de rompre son isolement : contactez les associations de patients, groupes de paroles, formations dédiées aux aidants familiaux, plateformes de répit, café des aidants ; n’hésitez pas à faire appel à des services extérieurs : accueil de jour, accueil familial, services d’aide ou de soins à domicile, portage de repas ou téléassistance pour pouvoir vous ménager des temps de répit.

Des initiatives pour les aidants sur tout le territoire :

- L’Association française des aidants recense les Cafés des Aidants, les formations, ateliers organisés sur le territoire. Voir la carte de l’ensemble des actions organisées en France.
- Des plateformes de répit et d’accompagnement, sur tout le territoire
- Des formations, groupes de paroles, entretiens individualisés organisés par France Alzheimer si vous accompagnez un proche atteint de la maladie d’Alzheimer
- Les Bistrots mémoire, lieux de rencontre pour les aidants Alzheimer
- France Parkinson propose des actions d’aide pour les proches de personnes atteintes de Parkinson
- Les formations pour les aidants de personnes aphasiques de la Fédération nationale des orthophonistes

Vous pouvez aussi contacter le Clic de votre commune ou votre mairie pour connaître les événements organisés pour les aidants près de chez vous.

Accordez-vous des moments de répit

Les personnes qui tentent de concilier vie familiale, professionnelle et obligations filiales mais se sentent coupables de ne pouvoir répondre toujours aux besoins de chacun, sont particulièrement touchées par le syndrome d’enfermement dans la relation aidant/​aidé.

L’aidant s’enferme dans la crainte de ne pas en faire assez, et dans la culpabilité à solliciter des aides extérieures. L’épuisement et l’énervement remplacent rapidement l’affection et la tendresse, au risque d’entraîner des situations de maltraitance.

Pour prévenir et anticiper ces risques, il est indispensable de se préserver des temps de loisirs et de détente.

Lire un magazine, visionner un film, conserver la possibilité de se promener (même pas très longtemps) au grand air, seul ou avec un ami est la garantie de maintenir un équilibre et d’éviter la spirale de l’enfermement.

Pour que la relation aidant/​aidé reste de qualité, vous ne devez pas négliger votre vie. Respectez vos besoins et vos envies, et gardez du temps pour vous. Faites la part des choses entre votre désir d’accompagner votre parent et vos possibilités réelles de lui apporter toute l’aide dont il a besoin, sans vous mettre vous-même en danger.

Pour vous aider, vous pouvez faire appel à une assistant(e) social(e) qui doit vous informer sur les aides disponibles pour continuer à accompagner votre proche sans vous épuiser, vous aider à comprendre les conséquences du vieillissement et de la maladie sur le comportement de votre proche, vous donner des conseils en matière de santé (alimentation, sommeil, soins d’hygiène…) et vous permettre d’échanger votre expérience avec d’autres aidants et partager vos préoccupations.

Du soutien au bout du fil

0 820 10 39 39 : le numéro national d’information pour les aidants et les personnes âgées en perte d’autonomie (du lundi au vendredi de 9 h à 18 h ; 0,15 € TTC par minute + le prix d’un appel).

Le 01 8 472 9 472, tous les jours de 8h à minuit (association Avec nos proches).

Le service Allo aidants, de la Maison des aidants-aidants en mouvement : faire le test.

Dans l’Essonne, le 0 805 38 14 14 (de 8h à 18h en semaine, de 18 à 22h le week-end).

Numéro vert Allô, J’aide un proche” du Pôle MND d’Occitanie : 0806 806 830.


A lire aussi : les fiches pratiques de l’Association française des aidants

Partager cet article

Sur le même sujet

Retrouvez les dossiers complets sur les sujets qui vous intéressent.