Le nouveau monagevillage est en ligne ! Mise à jour et dernières finitions prévues la semaine prochaine.
Accueil monagevillage Mon compte

Aménager le logement pour plus de sécurité

Temps de lecture 10 min

Avant de vous lancer dans des achats ou des travaux, un diagnostic s'impose. Vous pouvez vous faire aider d'un professionnel, mais aussi démarrer en répondant à quelques questions.

Identifier les points de vigilance

Parmi les principaux points de vigilance :

  • Des rampes de sécurité sont elles installées des deux cotés de l’escalier ? Vérifiez que leurs fixations sont solides.
  • Tous les recoins du logement sont-ils correctement éclairés ? — Les interrupteurs sont-ils d’un usage facile ?
  • Si le logement est un pavillon, le perron, l’escalier extérieur, le jardin sont-ils éclairés ?
  • Le téléphone est-il accessible en permanence ? Ses numéros sont-ils assez gros ?
    Plutôt qu’un poste fixe, vous pouvez suggérer l’installation d’un sans fil, ou bien offrir un portable.
  • Les verrous de la porte d’entrée sont-ils facilement manipulables ?
  • Les sols et escaliers sont-ils vierges de tout cordage ou objet non rangé ?
  • Les tapis ne risquent-ils pas de provoquer des chutes ?
Pour se déplacer d’une pièce à l’autre, que faire ?
  • Pour vous aider dans vos déplacements, à l’intérieur, comme à l’extérieur de la maison, n’hésitez pas à utiliser une canne, elle permettra de moins vous fatiguer mais aussi de garder ou retrouver l’équilibre.

  • Dans la maison, utilisez les rampes d’escalier. Faites-en installer au besoin, même pour quelques marches.

  • Vous pouvez aussi faire poser des barres d’appui dans différents endroits de votre logement. Elles permettront de maintenir votre équilibre, et en cas de chute, vous aideront à vous relever.

  • Vous pouvez aussi faire installer plusieurs téléphones dans la maison (cuisine, entrée, séjour, chambre) pour éviter de courrir quand le téléphone sonne, mais aussi pour qu’il soit plus facile d’appeler en cas de problème.

  • Il est important d’avoir un logement bien éclairé et d’éviter les zones d’ombre. Pour cela, utilisez de nombrexu éclairages indirects plutôt qu’une seule source d’éclairage unique. Vous pouvez sans crainte utiliser des ampoules de 75 ou 100 watts, la puissance des ampoules électriques n’a qu’une influence minime sur la facture d’électricité.

Il ne s’agit pas de tout transformer du jour au lendemain, certaines mesures simples et efficaces sont faciles à réaliser. D’autres demandent plus d’investissement, il faut y penser lors d’éventuels travaux.

Le salon
  • Les sols

Attention aux vieux parquets trop cirés. Ils sont glissants et des lames disjointes peuvent provoquer des chutes importantes. Attention également aux tapis, très jolis certes, mais glissants eux aussi s’ils ne sont pas fixés avec de l’adhésif.

La moquette est sans doute le revêtement qui occasionne le moins de chutes. Toutefois, s’il n’est pas possible de remplacer les parquets et les carrelages, il est conseillé de les recouvrir de tapis antidérapants.

Les fils électriques, qu’ils proviennent du téléphone ou des lampes, représentent également un danger important. Un téléphone sans fil sera peut être le plus adapté et, comme il sera à portée de main, plus besoin de se précipiter dès la première sonnerie ! Sinon, mieux vaut multiplier les prises de courant pour éviter que les fils traînent.

  • Les meubles

Il convient aussi d’éliminer les obstacles au passage (guéridons…), et de dégager les espaces de circulation. Les petits meubles sont souvent très jolis mais peuvent gêner le passage. Il est également préférable de ranger les bibelots dans des vitrines. Ainsi casse et éclats de verres sous les pieds pourront être évités.

Côté confort, il est plus facile de s’extirper d’un fauteuil à dossier droit et haut, équipé d’accoudoirs, que d’un canapé trop moelleux et trop bas. Un fauteuil de repos avec dossier inclinable et repose-pied sera encore plus confortable.

  • L’éclairage

Enfin, la vue diminue avec l’âge, et les personnes âgées ont tendance à avoir un éclairage succinct. Autant de causes qui peuvent provoquer des chutes : on ne voit pas un obstacle et on tombe.

D’où l’importance d’installer un éclairage approprié, à portée de main (un lampadaire halogène avec un interrupteur-bouton au sol par exemple ou des interrupteurs phosphorescents ou à veilleuse, ce qui évite les recherches dans le noir) et de consulter régulièrement un ophtalmologiste.

Des lampes qui s’allument au fur et à mesure de la marche sont aujourd’hui disponibles. Elles sont bon marché. 

L’escalier

Là encore, les escaliers trop cirés sont à bannir. S’il est possible de le recouvrir de moquette, celle-ci doit tenir sur toute la largeur de l’escalier, et être très bien tendue et collée. Il est aussi conseillé de placer des nez de marches antidérapants sur le bord des marches.

Posez des appliques au mur quand c’est possible afin de bien éclairer tout particulièrement les premières et les dernières marches.

Une rampe solide de chaque côté facilitera montée et descente.

Enfin, il ne faut rien laisser traîner dans l’escalier, sinon, c’est la chute assurée.

La cuisine

Attention aux sols carrelés ou au lino qui sont souvent très glissants.

Si les meubles sont trop hauts, le plus simple et le plus urgent, est de mettre tous les objets dont on se sert à une hauteur plus raisonnable.

Plutôt que de changer les meubles, il suffit parfois de les remettre à bonne hauteur (celle des yeux) et d’y placer des poignées horizontales et basses. Quant aux tiroirs : avec butée, ils ne risqueront plus de tomber sur les pieds.

Toutes les cuisinière, chauffe-eau, chaudière… doivent être vérifiées régulièrement. Les brûleurs doivent être nettoyés et le tuyau de gaz changé avant sa date de péremption. 

La cuisine est-elle équipée d’un extincteur ? Des plaques électriques valent souvent mieux qu’une cuisinière à gaz.

Un évier pas trop profond et à bonne hauteur (il en existe à hauteur réglable) permettra de ne pas se casser le dos et un robinet à levier évitera les torsions du poignet. Enfin une petite douchette évitera de transporter les casseroles remplies et lourdes.

Une table roulante pourra également être utile pour transporter des plats lourds, sans risque !

Les assiettes, plats et autres ustensiles sont-ils à portée de main ?

La cuisine dispose-t-elle d’un espace de travail ou l’on peut s’asseoir tout en préparant les repas ?

La salle de bains
  • La salle de bain dispose-t-elle d’équipements de sécurité : une rampe de soutien pour la baignoire ou la douche et une autre près du siège des toilettes ?
  • La baignoire, la douche sont-elles équipées de dispositifs antidérapants ? Il existe des moquettes spéciales salle de bain ou encore des sols plastiques antidérapants qui sont plus recommandés. En cas de tapis de bain, celui-ci doit être bien fixé au sol.
  • Le chauffe-eau est-il réglé pour éviter l’eau bouillante ?
  • Si des tapis de bains recouvrent le carrelage, ceux-ci sont-ils fixés au moyen de bandes collantes pour éviter de glisser ? En cas de déplacements difficiles, il peut s’avérer prudent d’enlever les tapis de bains. Si votre parent résiste à cette idée, essayez de fixer les bords du tapis pour éviter que les pieds se prennent dedans et provoquent une chute.
  • La salle de bains dispose-t-elle d’une veilleuse ?

Pour entrer dans la baignoire, une planche de bain peut être utile.

Dans la douche, un siège fixé au mur sera préférable à une chaise de jardin en plastique et moins stable. Quand c’est possible, la douche à siphon de sol est ce qu’il y a de plus sûr. Malheureusement, elle ne peut être installée partout.

Ne pas hésiter non plus à installer une chaise devant le lavabo.

Enfin, il est possible d’équiper la cuvette des toilettes d’un rehausseur. Avec une barre d’appui, il sera encore plus facile de se relever.

La chambre

Encombrement minimum !

  • Le lit est-il équipé d’une table de nuit robuste et stable ? Celle-ci est-elle suffisamment vaste pour accepter une lampe — vérifier la stabilité de la lampe — un espace pour les lunettes, un verre d’eau ?
  • Vérifiez que des meubles n’encombrent pas inutilement le chemin qui mène de la chambre aux toilettes.
  • Les tapis sont ils fixés au sol au moyen de ruban adhésif ? Au risque de se répéter, les descentes de lit sont à bannir ou alors, elles doivent être fixées avec de l’adhésif
  • La chambre dispose-t-elle d’un fauteuil à bras confortable rendant l’acte de s’habiller plus facile ?
  • Des appliques avec des interrupteurs phosphorescents à portée de main seront également moins dangereuses qu’une lampe de chevet avec un fil qui traîne.
  • Le lit ne doit être ni trop haut, ni trop bas (45 cm au minimum). Pour adapter sa hauteur, il suffit de changer les pieds ou d’utiliser des cales de rehausse.
Le jardin

Le jardinage constitue une activité de loisir très prisée qu’il faut continuer d’entretenir.
Mais le privilège de jouir d’un jardin, qu’il soit de la taille d’un jardinet ou d’un parc, ne doit pas faire oublier quelques règles de précaution pour éviter les chutes et les accidents.

  • Si vous devez utiliser un escabeau ou une échelle pour la taille d’une haie ou d’un arbuste par exemple, il est préférable de le faire en présence d’une autre personne.
    Dans tous les cas, utilisez de préférence un escabeau ou une échelle de petite taille, avec un appui pour les mains.

  • Si vous avez des plantes rampantes dans le jardin, veillez à ce que celles-ci n’envahissent par les lieux de passage.

  • Attention aussi aux tuyaux d’arrosage qui peuvent être dangereux s’ils sont mal rangés. Au même titre que tous les outils de jardinage, qui s’ils sont mals rangés ou trainent par terre, peuvent se révèler très dangereux.

  • Méfiez-vous des dalles mal posées, des cailloux ou galets, des feuilles ou mousses qui peuvent être glissantes, autant de petites choses qui peuvent occasionner des déséquilibres et entraîner des chutes.

  • Enfin, pensez à mettre des gants pour jardiner et vérifier que vos vaccinations sont à jour, le tétanos est toujours d’actualité.

Quelles aides financières pour aménager le logement ?

Des aides financières existent, mais… elles sont si nombreuses et leurs conditions d’attribution si complexes qu’il est difficile de s’y repérer.

Pour les personnes âgées de moins de 60 ans, et reconnues handicapées à 80 %, les aménagements du logement sont partiellement financés via la MDPH.

Si la personne a plus de 60 ans, elle peut s’adresser au Conseil départemental qui peut proposer des aides à l’amélioration du logement. La Mairie et la Région accordent aussi parfois des aides.

L’Anah, Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, propose des aides financières sous conditions de revenus. La demande peut être faite en ligne, ou en appelant le 0 808 800 700.

Action logement offre jusqu’à 5 000 € pour aménager la salle de bain des salariés retraités de plus de 70 ans ou en situation de perte d’autonomie de plus de 60 ans, sous conditions de revenus.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse
propose une subvention en fonction des revenus qui permet de financer, chez les personnes retraitées, la réalisation de travaux d’aménagement et/​ou d’adaptation de leur logement pour contribuer à leur maintien à domicile.

Qui contacter ?

Faire appel à un spécialiste en cas de handicap spécifique

Un spécialiste — un technicien, voire ergothérapeute- est à même de proposer un aménagement de l’espace en fonction de handicaps spécifiques.

Ainsi, une personne qui souffre d’arthrite sévère peut se voir proposer d’installer des robinets à leviers pour équiper l’évier de la cuisine, le lavabo et la baignoire de la salle de bains.
Les poignées de portes pivotantes pourront aussi être remplacées par des poignées à leviers, des ouvre-boites électriques équiperont la cuisine, etc.

Une personne âgée qui souhaite continuer de jardiner alors qu’elle souffre des articulations (genoux notamment) peut entreprendre des travaux pour surélever son potager de manière à travailler la terre debout ou assise.

Les technologies existent pour rendre plus fluide la vie des personnes handicapées. Ce sont par exemple les fauteuils roulants dont il existe plusieurs centaines de modèles et accessoires ; un siège de bain, de douche ; une planche de bain ; un surélévateur de WC ; les cannes ; les aménagements des véhicules automobiles ; le couteau fourchette ; les poignées de baignoire ; les lève- malades ; les dossiers de lits ; les coussins anti-escarres ; les sièges releveurs ; le téléphone mains libres ; la téléassistance ; la domotique ; les télécommandes… Les possibilités sont nombreuses.

Ces matériels étant très divers dans leur coût, dans leurs circuits de distribution, seuls des professionnels pourront vous conseiller utilement. La seule limite est financière. Tout dépend du budget dont dispose la famille.

Pour savoir ce qui ne va pas dans un appartement ou dans une maison, le plus simple est de faire appel à un spécialiste ou un ergothérapeute. 

Celui-ci exerce dans les Centres d’information et de conseil sur les aides techniques (Cicat), dans les centres de rééducation ou à l’hôpital. Vous pouvez les contacter via le site de l’Anfe, l’Association nationale française des ergothérapeutes.

Ainsi, beaucoup de chutes peuvent être évitées avec une simple adaptation du domicile.

Partager cet article

Sur le même sujet

Retrouvez les dossiers complets sur les sujets qui vous intéressent.