Le nouveau monagevillage est en ligne ! Mise à jour et dernières finitions prévues la semaine prochaine.
Accueil monagevillage Mon compte

A quoi sert la téléassistance ?

Temps de lecture 3 min

Pour aider à distance une personne âgée isolée

Née dans les années 70, la téléassistance fait aujourd’hui partie du quotidien de 500 000 Français. Ce système d’alerte à distance a pour vocation de pallier l’isolement des personnes âgées, et de permettre une intervention rapide en cas de problème.

Sous forme de médaillon ou de montre étanches, les systèmes de téléassistance se composent d’un bouton d’alerte, qui communique avec un boîtier relié au téléphone fixe.

Si le porteur appuie sur ce bouton, le système envoie un message au centre de téléassistance qui appelle via le haut-parleur du boîtier.

Le service lui permet donc d’entrer en contact, depuis son domicile, avec des interlocuteurs professionnels et ce de jour comme de nuit.

Que se passe-t-il quand le système est activé ?

Lorsque le centre de téléassistance appelle, deux cas de figure.

Soit la personne âgée répond. L’opérateur doit alors prendre le temps d’évaluer la situation, et contacte si nécessaire les secours. 

Certains prestataires intègrent aussi les proches dans la boucle : des voisins, des amis dont le porteur a donné les coordonnées lors de la souscription. Ils peuvent être sollicités si la situation ne requiert pas une intervention professionnelle.

En l’absence de réponse, il alerte les secours.

Un dispositif pas toujours accepté

Si les anciens médaillons pouvaient être parfois considérés comme stigmatisants, les fabricants ont fait beaucoup d’effort quant au design des produits qui ressemblent désormais à des bijoux ou des montres « classiques ».

Reste que le recours à la téléassistance peut être perçu comme une perte d’autonomie supplémentaire.

Mais il permet aussi de rassurer et d’éviter des drames, même si, dans les faits, seuls 240 000 des 2,5 millions d’appels reçus chaque année par les opérateurs donnent lieu à des interventions. 122 000 concernent des chutes, et 37 500 alertes déclenchent le déplacement des services d’urgence.

Ces dernières années, les industriels ont par ailleurs développé des systèmes nomades : plus besoin de rester chez soi pour bénéficier du service, le bouton d’alerte pouvant être associé à un téléphone portable, géolocalisable.

La téléphonie mobile simplifiée, associée ou non à un service d’urgence, est une réponse alternative et différente de la téléassistance.

Choisir son contrat

Plusieurs formules existent : des abonnements de 12, 24 ou 36 mois renouvelables par tacite reconduction, ou des contrats à durée indéterminée, résiliables à tout moment – mais qui seront plus chers.

En termes de coût, il faut compter entre 20 et 30 euros par mois pour bénéficier du service.

Hormis le type d’abonnement, d’autres facteurs influent sur le prix : la fréquence des vérifications du matériel, mais aussi la qualification des opérateurs. Certains services sont spécifiques aux personnes âgées, d’autres non (assistance aux voyageurs par exemple).

Enfin, certains prestataires envoient le matériel par courrier, d’autres viennent l’installer à domicile : une solution que nous vous conseillons de privilégier, malgré son surcoût éventuel.

A noter : dans tous les cas, les services doivent être titulaires d’un agrément qualité délivré par l’Agence nationale des services à la personne.

Attention aux escrocs

Depuis 2007, date de l’octroi d’avantages fiscaux dans le cadre de la loi sur les services à la personne, le secteur a vue l’irruption de professionnels peu scrupuleux.

Le magazine Que Choisir ?, qui a mené l’enquête en 2013, a découvert des entreprises qui abusent de la faiblesse des personnes âgées qui leur ouvrent la porte, signent des contrats léonins aux clauses de résiliations abusives…

D’autres posent des matériels sans en expliquer le fonctionnement, provoquent des dégâts dans la connexion Internet ou même la liaison téléphonique et, bien sûr, ne se donnent pas la peine de venir réparer.

Gros plan sur les avantages fiscaux

Si vous êtes imposable, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 50 % des sommes versées pour les services à la personne, dans la limite de 6 000 €, soit une dépense réelle de 12 000€ par an maximum.

Ce plafond peut être relevé en fonction de votre âge, de votre situation familiale, d’une situation de handicap ou du nombre d’enfants que vous avez à charge.

Si vous n’êtes pas imposable, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 50 % des sommes versées en services à la personne, si vous êtes une personne active.

A noter : s’il est prévu dans le plan d’aide, le dispositif peut être pris en charge par l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa).

Les personnes âgées non-éligibles à l’Apa peuvent quant à elles s’adresser à leur caisse de retraite.

Partager cet article

Sur le même sujet

Retrouvez les dossiers complets sur les sujets qui vous intéressent.